Musique #1 : Safe Travel (1965)

phil pratt

 

Phil Pratt est un musicien jamaïcain né Georges Phillips en 1942 à Kingston. Il est certainement un des producteurs les plus importants de l’histoire de la musique de l’île.

Il a commencé à travailler dans le bouillonnement (qui n’ira que croissant) de la petite industrie du disque jamaïcaine à la fin des années 1950, en qualité de « box-loader » (ça doit vouloir dire qu’il remplissait des boîtes avec les disques pressés). Il déménage ensuite au Royaume-Uni au début des années 1960.

Il revient en Jamaïque en 1965 et cette même année enregistre, parmi d’autres morceaux, « Safe Travel », le morceau que je partage ici, qui ne sera pas édité, tout comme les autres.

Je suis preneur de tes compétences, lectrice, lecteur, pour transcrire les paroles de cette chanson par écrit, je n’ai pas le temps ni les capacités de le faire. Cependant, le titre ainsi que le fait qu’il ait été écrit au retour de plusieurs années passés au Royaume-Uni, laisse à penser qu’il y a un lien avec son court exil. La Jamaïque a par ailleurs obtenu son indépendance en 1962, c’est à dire pendant l’absence de Phil Pratt, qui a dû vivre cet évènement dans le pays du colon.

A partir de 1965, il se lance dans la production de disque et enregistre le travail de chanteurs comme John Holt, Ken Boothe, Pat Kelly. Il fréquente Horace Andy, qu’il enregistre aussi, et Dennis Brown, qui travailleront tous deux avec lui quand il ouvrira son propre label à la fin des années 1960, Sunshot.

Pendant les années 1970 il poursuit son travail de producteur tout en participant parfois à certains des morceaux qu’il enregistre, soit en en étant le chanteur principal, soit en participant aux harmonies vocales. Il enregistre Jah Woosh, Dennis Alcapone, I-roy, Dillinger, U-Roy, Big Youth…

De mon point de vue, en plus d’être un producteur majeur de l’histoire du reggae, il est aussi un excellent compositeur et chanteur, même s’il a peu sorti de chansons.

Il habite à Londres depuis le début des années 1980, où il tient un restaurant. Certainement un destination pour moi si je m’aventure à passer la manche pour la première fois de ma vie. (j’avoue que voir des gens mourir en voulant y aller pour survivre ne me donne pas envie de faire du tourisme).

Un double vinyle est sorti en 2005 sur le label Discog, sur lesquel on trouve ce titre ainsi que de nombreux autres tout aussi intéressants.  On peut le trouver ici.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s